Mar
24

KALINOX (MEOPA)

Le cabinet s’équipe de KALINOX° ou MEOPA (Mélange Equimolaire Oxygène Protoxyde d’Azote). Il s’agit d’un gaz à inhaler contenant pour moitié de l’oxygène et pour l’autre du protoxyde d’azote (NO2).  Le MEOPA associe une action anxiolytique, euphorisante (« gaz hilarant ») et un effet antalgique. L’état de conscience est modifié (sédation consciente), le sujet reste éveillé, réagit avec l’environnement et peut dialoguer avec l’entourage ; les perceptions sensorielles sont modifiées. La rapidité d’action (l’effet survient en 3 minutes) et la réversibilité (en moins de 5 minutes) représentent l’autre particularité de ce mélange. Il n’entraine pas de dépression respiratoire et peut-être utilisé sur l’adulte ou l’enfant. Les contre-indications sont exceptionnelles. Les effets indésirables sont rares (nausées…). L’échec du produit constaté dans 20% des cas est souvent lié à un refus de se « laisser aller » du patient.

En pratique il s’agit pour le patient de respirer dans un masque ce mélange de gaz, jusqu’à l’obtention d’un état de relaxation et de modification des perceptions sensorielles. Cet état permet la réalisation d’anesthésie locale ou d’injection esthétique sans stress ni douleur. Nous le proposons donc lors des petits gestes chirurgicaux réalisés au cabinet tel la chirurgie cutanée ou même lors d’injections de produits de comblement (acides hyaluroniques) chez les patients particulièrement sensibles et stressés. Il s’agit donc d’un outil très intéressant apportant une nette plus-value en terme de confort pour nos patients.

Fév
10

Le fasting ou jeûne intermittent

Rien de plus logique pour un chirurgien plasticien de recommander la lipoaspiration pour perdre des bourrelets disgracieux mais en aucun cas il ne s’agit d’une chirurgie du surpoids ou de l’obésité. Par ailleurs cette «amélioration» et «embellissement» de la silhouette présente les inconvénients d’une intervention chirurgicale et surtout ne modifie en rien un mode de vie délétère immanquablement à l’origine de surpoids, pathologies cardio-vasculaires et cancers. Nous savons de nos jours que notre alimentation occidentalisée, fortement influencée par l’industrie agro-alimentaire, est extrêmement nocive, et il suffit de constater la dégradation de l’état de santé des mexicains et des chinois qui adoptent notre malbouffe pour en voir les conséquences.

Les gens informés savent maintenant que les modes d’alimentation les plus sains sont les diètes paléolithiques et méditerranéens qui restreignent les aliments industriels, les produits laitiers, les céréales et les sucres en particulier. Malheureusement ces « régimes » ne sont pas très faciles à tenir et la prise de poids est facile. Certains luttent en s’imposant des activités sportives épuisantes et chronophages mais une perte de poids liée à la pratique du sport n’est durable que si elle n’est pas interrompue. D’autre part le sport peut-être contre-productif à hautes doses (blessures musculo-tendineuses invalidantes, accidents cardiaques…). D’autres limitent drastiquement leurs apports caloriques journaliers mais le corps s’adapte à la restriction calorique en réduisant ses dépenses énergétiques de base entrainant rapidement un ralentissement de la perte de poids. La sensation de faim permanente, la fatigue, la fonte musculaire et le manque de résultat font immanquablement renoncer et la reprise de poids est rapide (effet yo-yo). Tout régime très restrictif ou « interdictif » est voué à l’échec ! Pourtant, la restriction calorique transitoire est pratiquée depuis toujours dans le monde animal et l’espèce humaine. Nos ancêtres préhistoriques s’alimentaient irrégulièrement et subissaient des périodes de jeûne. De nombreuses religions imposent également des jeûnes transitoires à leurs disciples. Plusieurs études montrent les bienfaits de ces pauses digestives qui permettent à l’organisme de se consacrer à autres choses que digérer et manager les excédents de glucides avec ses corollaires (stockage sous forme de graisse, résistance à l’insuline et diabète, stimulation des cellules cancéreuses, dépression de l’immunité, etc…). L’absence de sucres, une fois les réserves de glycogène épuisées (au-delà de 12h de jeûne) permet justement au corps de puiser son énergie dans les graisses de stockage.

Le jeûne intermittent ou fasting permet d’obtenir les avantages de la restriction calorique sans ses inconvénients. Il consiste simplement à jeûner 16h sur 24h. Autrement dit en sautant le petit déjeuner, en déjeunant à 12h au plus tôt et en dînant à 20h au plus tard l’objectif est atteint. Bien entendu une abondante consommation de liquides non caloriques (eaux, thé, café, tisane) est recommandé au réveil pour réhydrater l’organisme. La période de jeûne peut être déplacée entre 13h et 7h avec absence de dîner. Ce jeûne intermittent peut également être prolongé sur 24h une ou deux fois par semaine pour obtenir une perte de masse graisseuse. 24 heures de jeûne équivaut, en terme de perte de masse graisseuse, à 1 mois de course à pieds à raison de 2 séances par semaine (soit entre 100 et 200g de graisse). Avec un peu d’habitude, ces jeûnes intermittents sont très faciles à réaliser et les petites sensations désagréables que l’on peut ressentir au début s’estompent rapidement. Les repas permettent de relancer le métabolisme de base et doivent être équilibrés, si possible selon les principes des diètes paléolithique ou méditerranéenne.

Déc
14

Peeling TCA soft

Une nouvelle génération de peeling TCA ou acide trichloracétique est apparue  sur le marché français de la médecine esthétique : le peeling PRX T33 et le peeling Oxybiopell .
Les peelings TCA améliorent le teint et le grain de peau et traitent les pores dilatés, certaines ridules, cicatrices, acnés inflammatoires et tâches pigmentaires. Leur effet se situe entre celui des peelings légers qui tout au plus améliorent le teint et les peelings profonds au phénol qui lissent et retendent la peau au détriment de suites un peu longues et difficiles.
LE PRX T33 est un peeling TCA dosé à 33% alors que le peeling Oxybiopeel est dosé à 10% mais associé aux acides cogique et mandélique. Les deux peelings contiennent du peroxyde d’hydrogène (H2O2).
L’application du peeling est non douloureuse avec simplement une sensation de picotement très tolérable qui n’a rien à voir avec les douleurs de brûlures des autres TCA.
Les suites sont très simples avec au maximum une légère desquamation. Les patients ne pèlent pas comme avec les  peelings TCA traditionnels.

oxybiopeel
Une autre spécificité de ces peelings est le faible risque de rebond pigmentaire (apparition de tâches hyperpigmentées dans les suites du peeling), complication malheureusement classique et gênante des TCA classiques.
De réalisation très simple et indolore, ces peeling  sont pratiqués en cure de 4 séances à une semaine d’intervalle.
Il n’y a donc pas d’éviction sociale et ces peelings peuvent être réalisé en été puisque l’on ne redoute plus le rebond pigmentaire.
Le PRX T33 et le peeling Oxybiopeel sont donc devenus nos peelings TCA de base et le retour des patients est très satisfaisant.

Oct
07

VITAMINE D, AUTOMNE ET HIVER

Une étude conduite à l’Université de Copenhague (Danemark) montre que le manque de vitamine D dans le sang conduit à un risque de mortalité accru.

D’autres études récentes ont trouvé que de faibles niveaux de vitamine D sont associés à un risque augmenté de mortalité et de certaines maladies, sans qu’on puisse prouver que c’est bien la vitamine D qui explique cette surmortalité. En effet, la carence en vitamine D peut être le marqueur d’un mode de vie déséquilibré et d’une mauvaise santé en général ce qui fait que l’on n’est pas sûr que la vitamine D explique réellement les résultats observés.

Cela a conduit à mettre sur pied une étude qui est fondée sur un examen génétique des participants – les gènes n’ont rien à voir avec le mode de vie. L’étude a inclus 95766 Danois suivis pendant des périodes allant de 5,8 années à 19,1 années. Dans cette étude, les chercheurs ont identifié les individus ayant des variants génétiques qui affectent le taux de vitamine D (DHCR7 et CYP2R1) et qui ont donc des taux de vitamine D bas.

A la fin de la période de suivi, en 2013, 10349 personnes étaient décédées.On constate qu’une baisse d’origine génétique de 20 nmol/L de la vitamine D plasmatique se traduit par une augmentation de 30% de la mortalité toutes causes, et de plus de 40% de la mortalité par cancers.

direct sun light

Cela suggère pour la première fois qu’il y a bien un lien de cause à effet entre des taux bas de vitamine D et la mortalité.

La vitamine D est synthétisée par exposition au rayonnement UVB du soleil, mais cette synthèse n’est efficace qu’entre avril et octobre dans l’hémisphère nord. L’alimentation ne suffit pas à compenser les déficits en hiver.

Bien que cette étude ne montre pas directement qu’une supplémentation en vitamine D réduit le risque de maladie,  on peut supposer qu’une prise de vitamine D de  novembre à avril voir plus pour les gens s’exposant peu au soleil est bénéfique. Une supplémentation journalière semble plus indiquée qu’une prise massive saisonnière (UVEDOSE° 100 000UI). Les doses recommandées se situent entre 800 et 5000 unités/jour pour un adulte sachant que les surdosages en vitamine D sont exceptionnels et liés à des prises supérieures à 10 000 unités/jour durant plusieurs semaines.

Nous conseillons, pour un adulte, ZYMA D° 10 000 unités/ml gouttes (330 U/goutte) à raison de 8 à 15 gouttes/jour. Ce produit est peu cher et vendu sans ordonnance.

Sep
27

Les peelings dépigmentants

Les taches du visage sont des zones d’hyperpigmentation de la peau qui devient plus foncée sur certaines zones. Les causes de cette hyperpigmention sont variables :

– le melasma est lié aux désordres hormonaux de la grossesse (masque de grossesse) ou aux traitements hormonaux (pilules…) ;

-le lentigo actinique ou sénile (tâches de vieillesse), lié à l’âge est aggravé par l’exposition solaire ;

-les tâches post-inflammatoires secondaires à une « irritation » cutanée (acné, frottement, brulure, peeling…);

-les tâches sur écchymose exposée aux UV, classiques suites à un traumatisme ou à une chirurgie (des paupières par exemple).

peeling dépigmentant

Ces tâches sont toujours difficiles à traiter d’autant  que la moindre exposition aux UV du soleil va stimuler la pigmentation.

La solution de traitement la plus efficace est le peeling dépigmentant. Ce geste se pratique au cabinet et consiste en la réalisation d’un peeling spécifique sur les zones à traiter (visage, cou, décolleté). Une crème dépigmentante est ensuite appliquée puis une séance de LED qui potentialise l’action dépigmentante termine l’opération. La crème dépigmentante doit être appliquée chaque soir. Un deuxième peeling identique au premier est souvent nécessaire trois semaines plus tard.

Ce peeling est incontestablement le traitement le plus indiqué pour tous les problèmes de pigmentation ou de défaut d’homogénéité du teint. C’est également ce type de peeling que l’on utilisera à visée réjuvénative sur les peaux métisses ou noires. Par contre l’éviction solaire et une protection d’indice élevé sur les zones tâchées est impérative pour un résultat pérène.

Sep
20

Epilation laser Lyon

Le cabinet possède le laser Alexandrite depuis maintenant 18 mois. Nous avons donc traité un large éventail de patient et nous pouvons à ce jour faire un bilan.
Nous avions déjà abordé le sujet dans un autre article, cependant certaines idées reçues ont bien du mal à être effacées et certaines rumeurs concernant cet appareil et ce protocole persistent. Nous allons donc aborder quelques points qui reviennent fréquemment.
LES CONSEILS PRE ET POST LASER
Beaucoup de patient ne sont pas informés correctement sur les contre indications à respecter lors de l’usage du laser. Nous insistons donc beaucoup, et ce, à chaque séance, sur les conseils pré et post épilation (traitement photo sensibilisant, éviction solaire, grossesse, …) Une bonne connaissance de ces informations est primordiale au bon déroulé des séances.
Le rasage demandé avant toutes les séances est lui aussi très important. En effet, pratiquer le laser sur un poil long provoque un risque de brûlure. Le soin est plus douloureux et peut laisser des cicatrices, il est donc obligatoire (sauf cas particulier) de se raser 24 à 48h avant la séance.
LA DOULEUR
La douleur provoquée par le laser est ressentie de manière très différente selon les patients. La 1ère séance permet donc de juger celle-ci et de prévoir ou non de la crème anesthésiante pour les fois suivantes. L’application de cette crème se fait une heure avant le soin, elle est fastidieuse mais permet de réduire fortement la sensation douloureuse. Dans tous les cas, nous n’hésitons pas à prendre notre temps durant la séance si cela est nécessaire au confort de nos patients.
LA DUREE DU TRAITEMENT
La durée dépend de plusieurs critères (phototype, zone du corps). Il faut en moyenne 5 séances espacées de 5 semaines. Cependant sur certaines personnes (peaux mates, poils clairs, hommes,…) il faut envisager plus de séance. De plus, le corps réagit de façon différente d’une personne à l’autre, il est donc difficile de prévoir à l’avance combien de séances seront nécessaires.
LES RESULTATS
Au fur et à mesure des séances, le nombre de poils va diminuer. Cependant il n’est pas rare que les poils disparaissent par zone. Ceci donne parfois l’impression que la praticienne n’est pas passée partout, ce qui est faux. Lors de la séance un quadrillage est effectué ce qui permet de n’oublier aucune zone. En réalité le laser ne cible que les poils qui sont en phase de croissance. Si certains d’entre eux sont regroupés en même phase, des zones seront rapidement glabres alors que d’autres ne seront traitées radicalement qu’au cours des séances suivantes.
En somme, les patients qui suivent ce traitement sont largement satisfaits des résultats et reviennent nous voir très souvent pour traiter de nouvelles zones ou pour faire découvrir cette technique à leurs proches.
Nous restons à votre disposition pour répondre à toutes autres questions concernant le laser.
Le cabinet possède le laser Alexandrite depuis maintenant quelques années. Nous avons donc traité un large éventail de patients et nous pouvons à ce jour faire un bilan.
Nous avions déjà abordé le sujet dans un autre article, cependant certaines idées reçues ont bien du mal à s’effacées et certaines rumeurs concernant cet appareil et ce protocole persistent. Nous allons donc aborder quelques points qui reviennent fréquemment.
LES CONSEILS PRE ET POST LASER
Beaucoup de patients ne sont pas informés correctement des contre indications à respecter lors de l’usage du laser. Nous insistons donc beaucoup, et ce, à chaque séance, sur les conseils pré et post épilation (traitements médicamenteux photosensibilisants, éviction solaire, grossesse, …). Une bonne connaissance de ces informations est primordiale au bon déroulé des séances.
Le rasage demandé avant toutes les séances est lui aussi très important. En effet, pratiquer le laser sur un poil long entraine un risque de brûlure. Le soin est également plus douloureux et peut laisser des cicatrices, il est donc indispensable (sauf cas particulier) de raser la zone à traiter 24 à 48h avant la séance.
Red laser light
LA DOULEUR
La douleur provoquée par le laser est ressentie de manière très différente selon les patients. La 1ère séance permet de juger celle-ci et de prévoir ou non une crème anesthésiante pour les fois suivantes. L’application de cette crème se fait une heure avant le soin, est fastidieuse mais permet de réduire fortement la sensation douloureuse. Dans tous les cas, nous n’hésitons pas à prendre notre temps durant la séance si cela est nécessaire au confort de nos patients.
LA DUREE DU TRAITEMENT
La durée dépend de plusieurs critères (phototype, zone du corps, aspect du poil…). Il faut en moyenne 5 séances espacées de 5 semaines pour obtenir un résultat définitif. Cependant sur certaines personnes (peaux mates, poils clairs, hommes,…) il faut davantage de séance. De plus, le corps réagit de façon différente d’une personne à l’autre et il est donc difficile de prévoir précisement le nombre de séances nécessaires.
LES RESULTATS
Au fur et à mesure des séances, le nombre de poils va diminuer. Cependant il n’est pas rare que les poils disparaissent par zones. Ceci laisse parfois l’impression que la praticienne n’est pas passée partout, ce qui est erroné. Lors de la séance un quadrillage est effectué ce qui permet de n’oublier aucune zone. En pratique le laser ne détruit que les follicules pileux qui sont en phase de croissance. Si certains sont regroupés dans une même phase de croissance, des zones seront rapidement glabres alors que d’autres ne seront traités radicalement qu’au cours des séances suivantes.
EN CONCLUSION, les patients qui pratiquent une épilation laser sont largement satisfaits des résultats et reviennent nous voir très souvent pour traiter de nouvelles zones ou pour faire découvrir cette technique à leurs proches.
Sep
12

ENCADREMENT DES ACTES DE CHIRURGIE ET MEDECINE ESTHETIQUE

Au même titre qu’une intervention chirurgicale est un travail d’équipe (chirurgien, anesthésistes, infirmières instrumentiste et panseuse…), la prise en charge avant et après  des patients est également un travail d’équipe! Voilà comment cela se passe au cabinet du Dr D. van der Stegen.

Avant l’intervention :

1/ Sans se déplacer, premier avis du chirurgien à distance via SKYPE gratuit.

2/ Equipe (assistante, infirmière et médecin) disponible avant l’intervention pour toutes explications concernant l’intervention et ses suites et les différentes formalités administratives (consultation anesthésie, hospitalisation, devis et consentement).

3/ Prescription de vitamines et minéraux pour renforcer les défenses immunitaires et favoriser la cicatrisation.

4/ Mise à disposition de l’application du cabinet (Iphone ou Android) permettant de nous joindre 24/24 et d’envoyer photos ou vidéos à partir de votre téléphone portable en cas d’inquiétude.

Après l’intervention :

1/ Chirurgien joignable 24/24 sur son smartphone.

2/ Appel du patient systématique par l’infirmière du cabinet ou le chirurgien le lendemain de la sortie de clinique pour prendre des nouvelles, expliquer/réexpliquer  les consignes de soins et répondre aux questions.

3/ Disponibilité de toute l’équipe pour répondre à toutes les questions d’ordre médical (douleurs, soins, pansements, conseil de l’infirmière libérale…) ou administratif (règlement, mutuelles complémentaires…)

4/ 3 séances de LED (au cabinet de Lyon) favorisant la cicatrisation et améliorant l’aspect de la cicatrice proposées le mois suivant l’intervention (gratuit).

5/ Ablation des fils et/ou agrafes au cabinet de Lyon par l’infirmière chaque fois que possible (gratuit).

6/ Dans les suites de certains actes de médecine esthétique (peeling, dermabrasion…) infirmière joignable sur son téléphone portable.

 

RudojkiRupornhubRupornolab