Jan
02

Santé et jeun intermittent

En ce début de nouvelle année propice aux bonnes résolutions et dans la continuité des idées de ce blog voici une nouvelle publication concernant le jeun intermittent.

Une équipe de chercheurs de la Johns Hopkins Medicine réaffirme les avantages du jeûne intermittent. Cet article de synthèse de la littérature, publié dans le New England Journal of Medicine, recommande le jeûne intermittent pour ses multiples bénéfices, cognitifs, cardiovasculaires, de forme physique, de prévention contre le diabète et l’obésité et enfin, en faveur de la santé cellulaire et « tissulaire ».

De précédentes études animales et chez l’Homme ont montré que l’alternance entre les périodes de jeûne et d’alimentation favorise la santé cellulaire, probablement en déclenchant une adaptation « séculaire » aux périodes de pénurie alimentaire appelée « commutation métabolique ». Lors de cette adaptation, les cellules utilisent leurs réserves de sucre rapidement accessibles et « se mettent » à convertir les graisses en énergie dans un processus métabolique plus lent.

Effets sur l’inflammation : la commutation métabolique améliore la régulation de la glycémie, augmente la résistance au stress et supprime l’inflammation. Ainsi, le régime occidental, qui comprend chaque jour 3 repas et des collations complémentaires, ne permet pas d’obtenir ces différents avantages.

Effets cardio-vasculaires : le jeûne intermittent permet de réduire la pression artérielle, les taux de lipides sanguins et la fréquence cardiaque au repos, selon 4 études menées chez l’Homme et chez l’animal.

Jeun intermittent

Effets sur le métabolisme : le jeûne intermittent modifie certains facteurs de risque associés à l’obésité et au diabète. Deux études menées à l’hôpital universitaire de South Manchester auprès de 100 femmes en surpoids ont montré que les participantes qui ont suivi le régime 5: 2 ont atteint la même perte de poids que les participantes qui ont suivi un régime de restriction alimentaire, mais obtiennent de meilleurs scores de sensibilité à l’insuline et une meilleure réduction de la graisse abdominale.

Effets cognitifs : le jeûne intermittent peut également être bénéfique à la santé du cerveau, suggèrent des études préliminaires. Un essai clinique multicentrique mené à l’Université de Toronto auprès de 220 adultes non obèses en bonne santé, qui ont suivi un régime hypocalorique pendant 2 ans montre, via des tests cognitifs, une amélioration de la mémoire. Les auteurs appellent donc à plus de recherches sur les effets possibles du jeûne intermittent sur l’apprentissage et la mémoire. Le jeûne ou un équivalent pharmaceutique qui l’imite (peut-être la metformine) pourraient être la base de nouvelles interventions pouvant empêcher la neurodégénérescence et la démence.

En somme il apparait une nouvelle fois que le mode de vie et l’alimentation en particulier sont indissociables à une bonne santé physique et psychique.

Meilleurs voeux pour cette nouvelle année 2020.

Juil
18

Cryolipolyse chez l’homme

La cryolipolyse permet de détruire des amas graisseux localisés qui ne justifient pas forcément d’une lipoaspiration. La température de cristallisation des graisses est supérieure à celle des tissus environnants (peau en particulier). Cette cristallisation graisseuse détruit donc la graisse et  se traduit par une diminution significative du bourrelet.

Une pièce à main adaptée à la surface de la zone à traiter (7 pièces à main de différentes tailles) est appliquée sur la peau. Le bourrelet est aspiré dans la pièce à main et refroidi de manière contrôlée entre -6 et -10°C.

Les résultats sont visibles dès la troisième semaine et  définitifs à 3 mois. La séance dure entre une heure et 1h30 et se termine par un massage énergique des zones traitées. Une ecchymose et une hypoesthésie transitoire sont habituelles.

Toutes les zones du corps peuvent être traitées efficacement avec environ 30% de perte de volume mais cette technique apparait particulièrement intéressante chez l’homme au niveau des poignées d’amour et du cou.

Bien entendu ce soin s’adresse aux petits bourrelets ne nécessitant pas une lipoaspiration chirurgicale, plus lourde et onéreuse.

Jan
21

Le lavage chirurgical des mains

Une vidéo explicative du lavage chirurgical des mains. Indispensable si l’on veut réduire le risque des infections nosocomiales.

Intéressant aussi pour chacun dans la vie de tous les jours!

Jan
13

CHAINE YOUTUBE Dr D. VAN DER STEGEN

Pour rester « dans le vent » le cabinet de chirurgie et médecine esthétique du Dr D. VAN DER STEGEN crée sa chaine YouTube.

Celle-ci, en complément du site internet et du blog aestetikas, apportera sous forme de vidéos une information plus visuelle et accessible.

Vous pouvez  déjà y trouver une vidéo de présentation de la chaine YouTube ainsi que deux vidéos commerciales concernant la photobiomodulation par LEDs et la cryolipolyse.

Déc
04

Prothèses mammaires et lymphomes anaplasiques à grandes cellules (LAGC)

Depuis une dizaine d’années est décrit un cancer spécifiquement lié aux implants mammaires, le lymphome anaplasique à grandes cellule (LAGC). Ce cancer se localise habituellement à la capsule ou au liquide péri-prothétique mais peut rarement métastaser à l’ensemble de l’organisme. Ce type de cancer a aussi été décrit sur implant tibial, implant dentaire, bandelette gastrique et implant de fesse.

Les signes cliniques les plus habituels de ces LAGC mammaires sont des épanchements péri-prothétiques avec augmentation de volume du sein (sérome). Il peut également s’agir de douleurs, de rougeurs du sein, de la perception d’une masse ou d’adénopathies axillaires.

Le traitement consiste en l’ablation de la prothèse ET de l’entièreté de la capsule péri-prothétique. Un traitement complémentaire associant radiothérapie et chimiothérapie est parfois nécessaire.

Comme bon nombre de cancer il apparait que le facteur déclenchant est une inflammation chronique et c’est la raison pour laquelle certaines texturations agressives type Biocell° du laboratoire Allergan° sont surreprésentées. Cette texturation a pour effet de fixer l’implant (« effet velcro ») ce qui est intéressant lors de la mise en place de prothèses anatomiques. D’autres facteurs pro-inflammatoires tels les biofilms sont très probables. Ces biofilms, gel bactérien entourant l’implant, correspondent à une infection infra-clinique de la loge prothétique. Cette infection à « bas-bruit » est source d’inflammation chronique. Il s’agit aussi de l’un des facteurs majeurs des complications  à type de coque ou sein dur. Bien entendu on ne peut éliminer d’autres facteurs tels qu’une prédisposition génétique ou un mode de vie délétère pro-inflammatoire. Il s’agit donc d’une pathologie liée à la prothèse mais multifactorielle.

En France, à ce jour, 54 cas ont été relevés depuis 2009 avec trois décès imputables au lymphome. Dans le monde 626 cas dont 17 décès sont rapportés.

Compte tenu du nombre de femmes porteuses de prothèses mammaires les risques de développer un LAGC ont été estimés à 1/2200 à 1/4500 pour les implants macrotexturés et 1/50000 à 1/80000 pour les implants microtexturés. Ceci est a rapporter, en France, aux 54 000 cas annuels de cancers classiques du sein (dont 12 000 décès). En effet, statistiquement une femme sur huit fait ou fera un cancer du sein…

Compte tenu ces chiffres les sociétés savantes et gouvernementales déconseillent l’explantation systématique des implants mammaires macrotextués en particulier, et proposent un suivi annuel des patientes par leur chirurgien, gynécologue ou médecin traitant. En ce qui nous concerne nous prescrivons déjà depuis quelques années une échographie de contrôle des prothèses tous les 3 à 4 ans. Toute anomalie qu’il s’agisse de modifications de taille, d’aspect ou de consistance d’un sein implanté doit bien entendu amener à consulter.

L’augmentation mammaire, qu’elle soit reconstructrice ou esthétique participe grandement au bien-être et au mieux-être de nos patientes. Le bénéfice risque nous parait donc hautement positif. Quoiqu’il en soit nous pensons que l’implant mammaire lisse doit maintenant devenir la règle et qu’un suivi au long cours est indispensable.

Nov
19

Le régime de longévité

L’espérance de vie augmente régulièrement  (79 ans chez l’homme et 85 ans chez la femme en France) mais l’espérance de vie en bonne santé sans incapacité n’est que de 62 ans chez l’homme et 64 ans chez la femme et tend plutôt à régresser dans le monde. Cette augmentation de l’espérance de vie est bien entendu liée à l’amélioration de l’hygiène et aux progrès de la médecine mais l’on peut se questionner sur ces fins de vie difficiles et médicalisées.

Dans son livre « Le régime de longévité » le Pr Valter Longo propose une nouvelle stratégie pour vivre longtemps et, surtout, en bonne santé. Ce chercheur italo-américain dirige l’Institut de longévité de l’Université de Californie du sud. Il appui son argumentation sur ce qu’il appelle les “cinq piliers” de la longévité à savoir la recherche fondamentale, la recherche épidémiologique, les essais cliniques, l’étude des centenaires et l’étude des systèmes complexes.

 

Voici ses conclusions :

1/ Adopter un régime pesco-végétarien soit une alimentation essentiellement à base de végétaux (légumineuses, légumes, fruits, etc.) associant le poisson deux à trois fois par semaine.

2/ Manger peu de protéines mais suffisamment (0,7 à 0,8g/kg/j). Réduisez drastiquement les graisses d’origine animale (sauf poissons), les sucres simples (aliments à index glycémique élevé tels pain blanc, pomme de terre et sucrerie) et augmentez les bonnes graisses (végétales telle l’huile d’olives et omega3 des poissons) et les sucres complexes (index glycémique bas tel pain complet et légumes).

3/ Répartissez votre alimentation sur 12 heures maximum voir 8 ou 10 heures si vous souhaitez perdre du poids.

4/ Pratiquez périodiquement le  «Fasting Mimicking Diet (FMD) » qui consiste en un régime hypocalorique de 5 jours à 800 calories. Ces diètes à pratiquer deux fois par an pour les gens en bonne santé ou tous les mois ou trois mois pour les obèses ou personnes présentant des facteurs de risque (diabète, cancer, maladies cardio-vasculaires…).

5/ Mangez à la table de vos ancêtres c’est-à-dire mangez des aliments auxquels votre génétique est habituée.

6/ Ayez une activité physique significative avec  une heure de marche rapide par jour et 2H30 à 5 heures  de sport par semaine.

7/ Enfin et bien entendu, soyez intéressés à vivre (communauté, travail, famille…) et sachez vous faire plaisir.

Ce mode d’alimentation peut-être adapté selon les pathologies (diabète, cancer, SEP, maladie de Crohn…) en augmentant ou réduisant certaines classes d’aliments. Il  apparait également intéressant pour préparer l’organisme à une intervention chirurgicale.

Juin
15

CRYOLIPOLYSE

Nous utilisons maintenant depuis 2 ans l’appareil de cryolipolyse Cristal°.

La cryolipolyse permet de détruire des amas graisseux localisés qui ne justifient pas forcément d’une lipoaspiration. Une pièce à main adaptée à la surface de la zone à traiter (7 pièces à main de différentes tailles) est appliquée sur la peau. Le bourrelet est aspiré dans la pièce à main et refroidi de manière contrôlée entre -6 et -10°C. La température de cristallisation des graisses est supérieure à celle des tissus environnant (peau…). Cette cristallisation graisseuse détruit la graisse et  se traduit par une diminution significative du bourrelet.

Les résultats sont visibles dès la troisième semaine et  définitifs à 3 mois. La séance dure entre une heure et 1h30 et se termine par un massage énergique des zones traitées. Une ecchymose et une hypoesthésie transitoire sont habituelles.

Cryolipolyse ventre et hanches: avant-après

Actuellement, pour minimiser la gêne occasionnée par la mise en place des pièces à main, nous infiltrons au préalable les bourrelets avec un produit anesthésiant. Ainsi,  la séance est totalement indolore.

Toutes les zones du corps peuvent être traitées efficacement avec 30 à 40% de perte de graisses mais le ventre et les poignées d’amour donnent les meilleurs résultats. La séance traite en général 2 zones à la fois.

Cryolipolyse ventre et hanches: avant-après

Bien entendu cette technique s’adresse aux petits bourrelets ne nécessitant pas une lipoaspiration chirurgicale, plus lourde et onéreuse.

Cette nouvelle machine, en complément à la lipoaspiration chirurgicale nous permet donc d’étendre efficacement notre offre thérapeutique dans le traitement des bourrelets graisseux disgracieux.