Déc
30

Bonne et heureuse année 2010

Bonne et heureuse année 2010!

Bonne année 2010

Toute l’équipe du cabinet vous souhaite une bonne santé et beaucoup de bien être pour cette nouvelle année.

Déc
23

Les cernes (2)

Nous avons vu qu’il existait deux types de cernes. Chacun sera traité différemment et diverses techniques peuvent être proposées.
Les cernes colorés sont améliorés par une « abrasion » cutanée contrôlée que ce soit par laser (CO2 habituellement) ou par peeling (TCA ou phénol). La réépidermisation et la néocollagénose induites par ces techniques tonifient la peau palpébrale et atténuent la coloration. Les cernes colorés ethniques (coloration brune) bénéficieront plutôt d’un peeling dépigmentant. A l’inverse les cernes colorés par une couperose seront traités par laser vasculaire.

CERNE5 - AVANT

CERNES - 9MOIS APRES COMBLEMENT
Les cernes creux doivent être comblés. On utilise soit un acide hyaluronique fluide, résorbable en 6 à 12 mois, soit de la graisse autologue selon la technique de lipostructure. Celle-ci est une véritable intervention chirurgicale qui consiste à prélever de la graisse sur le patient (ventre ou faces internes des genoux par exemple), à la purifier par centrifugation et à la réinjecter dans le cerne creux. Le but est d’obtenir une greffe de cellules graisseuses avec un résultat pérenne du comblement. Dans tous les cas, le comblement,  réalisé à l’aiguille ou à la canule fine, doit être précis, profond, au contact du rebord orbitaire osseux.
En somme nous disposons maintenant d’un arsenal thérapeutique associant des techniques de médecine et/ou de chirurgie esthétique qui nous permet d’améliorer considérablement les différents types de cernes.

Déc
15

Les cernes (1)

Nous sommes régulièrement sollicités pour ce problème inesthétique qui « donne un air fatigué » et « déprimé ». En fait il faut faire la distinction entre le cerne creux et le cerne coloré. Bien que situés aux mêmes niveaux et parfois associés ils sont de causes différentes et leurs traitement son distincts.

Le cerne creux apparaît habituellement sur un visage vieillissant. Il est lié à la contracture progressive de certains faisceaux du muscle orbiculaire orbitaire qui chasse la graisse périorbitaire vers le bas créant ainsi un creux sous palpébral dont la composante principale est la « vallée des larmes ». Ce creux est majoré par une éventuelle poche de la paupière inférieure et réciproquement.

Les cernes

Le cerne coloré intéresse souvent le sujet plus jeune. Il est lié soit à la finesse de la peau orbito-palpébrale qui laisse transparaître le réseau veineux et le muscle sous-jacents (coloration bleutée), soit à une hyperpigmentation cutanée le plus souvent d’origine ethnique (coloration brune). Parfois il s’agit d’une coloration rougeâtre due à des micro-capillaires superficiels qui se développent dans le cadre d’une couperose ou rosacée.

Nous envisagerons le traitement de ces cernes dans le prochain article.

.

Déc
03

Chirurgie esthétique et ATE

L’intervention de chirurgie esthétique bien que réalisée pour convenance personnelle n’en reste pas moins une intervention avec des risques inhérents à la chirurgie. Les complications anesthésiques et infectieuses sont habituellement bien connues et expliquées.

L’accident thromboembolique (ATE) est souvent moins évoqué et plus méconnu. Il correspond à une thrombose veineuse qui se développe en un lieu non souhaité du réseau veineux. Au niveau des membres inférieurs on parle de phlébite, au niveau des vaisseaux pulmonaires, c’est l’embolie pulmonaire et cela peut-être mortel. Ces thromboses sont induites par la stase veineuse en rapport avec l’immobilité du patient endormi.

Thrombose veineuse

Les facteurs favorisants sont multiples : antécédents d’ATE, âge supérieur à 60 ans, obésité, tabagisme, varices, traitement hormonal (substitutif ou pilule), alitement prolongé. Les risques sont variables selon le type d’intervention et sa durée. Plus l’intervention est longue, plus elle concerne les membres inférieurs et le pelvis, plus le risque est important.

Les moyens de prévention sont le port de bas de contention, la compression pneumatique intermittente des membres inférieurs(CPI) rarement utilisée en France et les héparines de bas poids moléculaires (HBPM). Si dans certaines spécialités comme l’orthopédie qui est une chirurgie particulièrement thrombogène, des protocoles ont été finalisés et sont maintenant appliqués, rien de concret n’existe dans notre spécialité. Compte tenu des conséquences parfois funestes d’une thrombose veineuse, l’absence de protocole précis dans le cadre d’une chirurgie où l’obligation de moyen est renforcée, est particulièrement anormal. Lors du dernier Congrès de la Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique (SOFCPRE) du 23 au 25 novembre à Paris une Conférence de consensus réunissant chirurgiens plasticiens et anesthésistes-réanimateurs a permis d’avancer sur un projet de protocole. Celui-ci devrait être finalisé fin 2010. Cette réunion a déjà permis à bon nombre d’entre nous de renforcer la prévention. Ne soyez-donc pas étonnés si des bas de contention vous sont prescrits alors que vous êtes opéré d’un sein ou d’un nez !

RudojkiRupornhubRupornolab