Déc
30

Bêtisier 2010 (3)

Malbouffe et conséquences: baisse de l’espérance de vie des américains. Moins 36,5 jours ! C’est peu sur sept décennies mais pour le pays champion du monde des dépenses de santé (7000 dollars par habitant et par an), cela pose question… Le plus drôle est ici.

Les intégristes ne sont pas qu’au Moyen-orient:  un hôpital de Phoenix se voit retirer son statut d’hôpital catholique . On y a pratiqué une interruption de grossesse thérapeutique à 11 semaines de grossesse pour sauver la mère. Par ailleurs, la sœur qui a donné sont accord à cette ITG a été excommuniée…

pilule crane

 Pour en revenir rapidement au Mediator : l’Assurance Maladie décide de demander des comptes au laboratoire Servier. Est-ce la bonne cible ? Après tout ils n’ont fait que leur boulot de laboratoire pharmaceutique : vendre, vendre et vendre encore… en achetant des responsables et des décideurs, politiques ou non. D’autres font à peu près la même chose en affolant les populations de surcroît.

Il n’y a pas de paradoxe français, encore des morts en perspective:  les laboratoires américains testent de plus en plus leurs nouveaux produits en dehors des Etats-Unis c’est-à-dire dans le Tiers-monde et en Europe de l’Est. Cela leur permettrait de conduire leurs tests dans des conditions moins strictes et moins couteuses, d’obtenir des résultats “positifs” plus facilement et ainsi de convaincre la FDA américaine (Food and Drug Administration) que leurs produits sont sûrs et efficaces.

Déc
28

Bêtisier 2010 (2)

Médiator ou le lobbying politique des laboratoires pharmaceutiques :
500 ? 1000 ? 2000 morts ? Médiator, antidiabétique  aux vertus amaigrissantes du Laboratoire Servier (réputé pour n’embaucher que des blonds aux yeux bleus) n’en fini plus de faire parler de lui. Commercialisé et remboursé en 1976, le benfluorex (Mediator) était sensé traiter les hypertriglycéridémies et le diabète de type 2.

Mediator

Mis en cause dès 1997 par une revue britannique, interdit aux Etats-Unis depuis 1997, retiré de Suisse en 1998, d’Espagne en 2003 et d’Italie en 2005 comment se fait-il que ce produit ne soit retiré en France qu’en novembre 2009 ? Les françaises auraient elles des valves cardiaques plus résistantes que leurs voisines espagnoles ? Bien que les politiques tentent d’impliquer les autorités de santé et l’AFSSAPS en particulier il est important de noter que toute inscription de médicament (AMM, SMR, ASMR, remboursement) est obligatoirement validée par le ministère de la Santé. Il semble d’ailleurs que l’alerte ait été donnée à plusieurs reprises par l’Affsaps dès 1998 puis la HAS en 2006.  Plus qu’une faute de fonctionnaire il semble bien que ce sont des pressions politiques répétées qui ont prolongé la survie du Médiator en France! Les airs de chevalier blanc de M. X. Bertrand, justement ancien ministre de la santé, sont peu crédibles.

Déc
23

Bêtisier 2010 (1)

Pour clôturer l’année 2010 voici quelques informations, piochées dans l’actualité 2010, qui m’ont fait rire parfois, grincé des dents souvent…

 
La grippe H1N1 ou l’expertise médicale indépendante :
En janvier 2010 le réseau sentinelle – Inserm annonce la fin de la pandémie grippale H1N1 qui sévissait sur la planète depuis le mois de juin 2009. Les chiffres, pour la France sont éloquents :

 

Grippe-A
94 millions de doses de vaccins commandés (5,5 millions de gens vaccinés), des millions de masques et d’antiviraux fabriqués, des frais de personnels réquisitionnés, des frais d’information, des charges d’organisation.
– Un coût estimé à 1,8 à 2,2 milliard d’euros.
269 décès dont 240 en métropole soit 2 à 10 fois moins que ceux liés à la grippe saisonnière…
En septembre 2009 un confrère, professeur de virologie de surcroît, monopolisait les journaux télévisés et déclarait « On prévoit que la grippe H1N1 va toucher entre 20 et 25 millions de Français cet hiver. Ce chiffre est une base réaliste de travail. Pour une simple grippe, nous avons entre 2 et 3 000 morts. Si vous avez 20 millions d’infectés, on arrive à 20 000 morts. Et si on a quatre fois plus de mortalité, cela donne un chiffre de 80 000 morts ! Donc, nous ne sommes pas confrontés à une « grippette »… 20 000 morts ! Effectivement cela effraie ! Mais en fouillant un peu l’on constate que ce confrère est également Président du Conseil scientifique du GIEC (Groupe d’expertise et d’information sur la grippe). Or le GEIG est financé par les 5 laboratoires qui distribuent des vaccins contre la grippe sur le territoire français (Sanofi Pasteur MSD, GSK, Pierre Fabre, ABBOTT PRODUCTS SAS et Novartis Vaccines).
Bon nombre des membres de ce conseil scientifique ont d’ailleurs un statut hospitalo-universitaire et/ou d’expert des autorités de santé. Les conflits d’intérêts des experts médicaux de l’état avec les laboratoires pharmaceutiques sont légions et ce, au niveau de la plupart des pays de la planète ! Cela coute cher aux contribuables mais profite à certains actionnaires.

 

 

Déc
08

Vitamine D: “hormone” de jouvence?

La vitamine D n’est pas reconnue comme une hormone bien qu’elle soit synthétisée au niveau de la peau (derme et épiderme) à partir du 7-déhydrocholestérol sous l’effet des UVB. Pourtant certains n’hésitent pas à sauter le pas . Nous avions déjà évoqué l’importance de cette vitamine-hormone dans des articles précédents qu’ils s’agissent de ses effets, de l’importance de l’exposition solaire ou de la supplémentation

Une rapide revue de la littérature scientifique de ces derniers mois semble confirmer son rôle fondamental dans de multiples processus biologiques et met en évidence les probables carences dont sont victimes les populations des pays tempérés ou nordiques.

La vitamine D était déjà reconnue pour son effet protecteur sur les cancers  du sein, de la prostate et du colon. De nouvelles études l’impliquent dans la protection contre le cancer de vessie et dans le ralentissement de l’évolution des leucémies lymphocytaires chroniques.

Déficience en vitamine D

Des études confirment son intérêt dans la prévention des pathologies cardio-vasculaires (HTA, infarctus du myocarde), du diabète, de la dépression et de l’insuffisance rénale.

Une étude américaine semble démontrer également une nette prévalence de la polyarthrite rhumatoïde dans le nord du pays, moins ensoleillé,  du fait de  taux plus bas de vitamine D sanguin. Il en serait de même pour la sclérose en plaque, la maladie de Crohn et d’autres pathologies auto-immunes.

Deux études, toujours américaines, démontrent qu’un taux élevé de vitamine D favorise le maintien de bonnes performances physiques et psychiques chez les personnes âgées. 

Un article de l’Université de médecine de Boston résume bien les conséquences de la carence pandémique en vitamine D sur la santé des populations peu exposées au soleil.

Nous terminerons cette revue de publication par un article canadien qui estime que 37000 décès/an sont liés à une carence en vitamine D au Canada et qu’une supplémentation adéquate des canadiens ferait économiser des milliards de dollars à l’Assurance maladie.

Ces différentes études semblent confirmer la nécessité d’une supplémentation en vitamine D de novembre à mars sous nos latitudes. 2000 à 5000 unités/jour et par personne selon le poids, sont des doses optimales et sûres.

La vitamine D ne coute rien (1,8 euros les 100 000 UI), le “trou de la sécu” est énorme et les affections  longues durées (cancers, pathologies cardio-vasculaires, pathologies auto-immunes…) représentent 60% des dépenses de remboursement. Bien sûr, tout ceci n’est pas très rentable pour nos laboratoires pharmaceutiques (qui préfèrent vendre des chimiothérapies ou des hypotenseurs) et leurs experts qui sont aussi experts des autorités de santé. Le lobbying doit-être intense…

RudojkiRupornhubRupornolab