Nov
24

Chirurgie esthétique, médecine esthétique et épigénétique

Bien que certains nous promettent la “vie éternelle” et “l’éternelle jeunesse” pour bientôt  grâce aux NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) nous connaissons tous les techniques plus classiques de la chirurgie ou de la médecine esthétiques pour conserver un aspect plus jeune et dynamique.

On a longtemps pensé que notre génotype était immuable et déterminé lors de la fusion entre les gamètes maternelle et paternelle. Ainsi certains vieillissent plus vite ou ont une propension plus élevée à développer un cancer ou une pathologie cardio-vasculaire indépendamment de leur mode de vie.

Cependant le mode de vie reste un facteur essentiel du vieillissement ou de l’apparition d’une maladie et depuis quelques années, l’épigénétique s’atèle à étudier la modulation de l’expression des gènes selon l’influence de l’environnement.

En effet on pensait que seul environ 30 à 35% de notre ADN était utilisé à la fabrication des protéines (enzymes, hormones…) et que le reste du génome était une sorte de poubelle où s’accumulaient d’anciens gènes inactifs. En fait ces gènes semblent avoir la fonction de moduler l’activité des gènes codants et cette activité semble sous l’influence de facteurs alimentaires, socio-culturels, psychologiques, etc…

Joel de Rosnay

Ces fonctions modulatrices sembleraient même pouvoir être transmises aux descendants. Ainsi un stress majeur (guerre, viol…) pourrait, par exemple, favoriser des troubles psychiatriques (dépression, autisme…) chez les descendants jusqu’à la deuxième génération.

En somme il apparait q’une alimentation adaptée, une bonne gestion du stress, une activité physique raisonnable et un bon réseau social et familial module favorablement l’expression de vos gènes mais aussi celle de vos enfants!

Nov
03

Cheveux, mésothérapie et LED

Si l’alopécie et la perte de cheveux sont liées en grande partie à des facteurs génétiques et hormonaux (androgènes), divers facteurs environnementaux peuvent majorer le stress oxydatif (UV, alcool, tabac, cosmétiques, alimentation, stress…) ou au contraire combattre le processus. La croissance des cheveux pendant la phase anagène nécessite des facteurs de croissance et l’apport en nutriments (fer, protéines, eau, vitamines et oligo-éléments). Le follicule pileux est une usine de production de kératine et de mélanine et l’état de stress oxydatif participe beaucoup à l’état de la chevelure.
Ainsi plusieurs études montrent que l’apport de nutriments et d’antioxydants (vitamines, minéraux, oligo-éléments…) en association à une stimulation cellulaire par LED peuvent stopper la chute de cheveux et même obtenir une repousse et une recoloration.
La mésothérapie consiste en de multiples micro-injections du cuir chevelu apportant des micro-nutriments et antioxydants.
Les LED (Light-Emitting Diode) sont des lumières monochromatiques puissantes dans le champ visible (jaune, orange, rouge). Elles stimulent les mitochondries qui sont les centrales énergétiques de nos cellules. On parle de photobiomodulation qui est le même type de processus que la photosynthèse des plantes. Ainsi, les cellules fonctionnent mieux (kératinocytes, mélanocytes, cellules de la matrice, cellules souches…).

LED et meso

Actuellement les études réalisées montrent un arrêt rapide de la perte de cheveux (1 mois) suivi d’une amélioration de la qualité des cheveux (volume, luminosité, élasticité, repigmentation des cheveux blancs) qui progresse avec le temps et le nombre de séances.

 

RudojkiRupornhubRupornolab