Sep
04

Chirurgie plastique et Assurance Maladie

Que n’entendons- nous pas comme contre-vérités concernant la prise en charge de certains gestes chirurgicaux esthétiques par l’Assurance maladie ! Même certains confrères généralistes de bonne foi induisent les patients en erreur.

« J’ai eu trois enfants, mon abdominoplastie (ou mon augmentation mammaire) est prise en charge par la sécu ! » ou « j’ai une bosse sur le nez, c’est donc bien que j’ai reçu un coup. D’ailleurs je n’en avais pas quand j’étais enfant ! ».

Dans les faits, seuls les états qui entrainent une gêne fonctionnelle peuvent justifier d’une prise en charge. Un ventre forcé et fripé par 3 grossesses est inesthétique mais n’entraine pas de gêne fonctionnelle. Un tablier abdominal recouvrant le pubis est responsable de lourdeurs abdominales et de phénomènes de macération des plis. Il justifie d’une prise en charge sur demande d’entente préalable. Des seins diminués et tombants après grossesses sont inesthétiques mais ne justifient pas une prise en charge à l’inverse de seins hypertrophiques lourds qui entrainent des douleurs dorsales. L’exérèse d’une cicatrice large ou d’un grain de beauté inesthétique ne seront pas remboursés sauf si la cicatrice est douloureuse ou crée une bride ou si le nævus est dans une zone de frottement par exemple. Voici une petite liste récapitulative :

Intervention ou « pathologie » Pris en charge par l’AM Non pris en charge (esthétique)
Réduction mammaire Hypertrophie mammaire de plus de 300g par sein Réduction mammaire de moins de 300g/sein
Lifting des seins En association avec une réduction mammaire de + de 300g/sein Lifting des seins seuls avec réduction de moins de 300g/sein
Augmentation mammaire par prothèses Hypoplasie mammaire avec bonnet inférieur à A, malformations du sein (sein tubéreux, asymétries majeures), reconstruction après cancer Hypotrophie post-grossesse, hypoplasie ou asymétrie modérées
Abdominoplastie Tablier abdominal recouvrant  tout ou partie le pubis dans les suites d’un amaigrissement significatif Ventre forcé (vergetures), fripé, gras sans tablier
Rhinoplastie Nez dévié avec déviation de la cloison nasale, malformation (séquelles de fente…) Bosse nasale isolée, grand nez, nez inesthétique…
Reprise de cicatrice Cicatrice douloureuse, adhérente ou créant une bride Cicatrice inesthétique parce que large
Exérèse de grains de beauté Nævi suspects à la demande du dermatologue ou en zone de frottement (ceinture ou bretelles) Nævi mal placés non suspects
Otoplastie (oreilles décollées) Oreilles décollées de l’enfant Oreilles décollées de l’adulte sauf cas particulier
chirurgie plastique lyon, chirurgie plastique Saint Etienne, chirurgie esthetique lyon, chirurgie esthetique Saint Etienne, abdominoplastie lyon, abdominoplastie Saint Etienne, augmentation mammaire lyon, augmentation mammaire st etienne, rhinoplastie lyon, rhinoplastie st etienne, dr van der stegen

Abdominoplastie sans et avec prise en charge sécu

En somme, la correction chirurgicale de l’inesthétique, dans la mesure où il n’y a pas de gêne fonctionnelle, n’est pas remboursée par l’Assurance Maladie. La gêne psychologique n’est pas prise en compte.

Une prise en charge jugée excessive lors d’un controle à postériori par l’Assurance maladie est lourde de conséquences pour le praticien et le patient.

Août
28

Chirurgie et médecine esthétiques: superflues ou thérapeutiques?

Ma philosophie et l’expérience m’ont permis de dégager et d’affiner un certain nombre de suppositions à défaut de certitudes. L’Homme est un animal social dont la survie et le bien-être passent par l’appartenance au groupe et sa reconnaissance au sein de ce groupe. Que l’on le veuille ou non, nous vivons dans une société de l’image où la jeunesse et la santé sont idéalisées et où la vieillesse, le handicap et la mort sont rejetés et cachés. L’image réelle ou supposée que l’on renvoie est donc facteur d’intégration et donc de bien-être. En conséquent, en embellissant et en rajeunissant, je suis convaincu de pratiquer une chirurgie et des soins «facilitateurs de bien-être».

La satisfaction des patients nécessite leur écoute, de la méticulosité et une exigence sans faille quant aux résultats. L’intervention sur l’image est naturellement source de stress et l’encadrement de tous ces actes est indispensable. Ce «cocooning » du patient avec une disponibilité de tous les instants est une spécificité du cabinet. Enfin, le bien-être, la beauté et le bien vieillir sont indissociables d’une bonne hygiène de vie alliant alimentation saine et activité physique régulière. Pour nous, ceci est un préalable à toute prise en charge chirurgicale qui se veut efficace.

Sep
12

Rhinoplasties: questions/réponses

Qu’est-ce qu’une rhinoplastie ?
Une rhinoplastie est une intervention chirurgicale qui modifie l’aspect du nez. Son but est donc esthétique mais également réparateur et fonctionnel. En effet l’utilité première du nez est la respiration. Respirer par le nez permet une humidification de l’air grâce aux cornets mais aussi la perception des odeurs. Ainsi la rhinoplastie peut-être associée à une septoplastie (plastie de la cloison nasale) si la cloison est responsable de l’obstruction d’une fosse nasale par exemple.
Quelles modifications peut-on réaliser sur le nez ?
Même si certains gestes sont assez stéréotypés il n’y a pas deux rhinoplasties identiques. Nous pouvons travailler en soustraction ou en addition. Par exemple une bosse est réséquée mais parfois  la pointe du nez  manque également de projection et il vaut mieux enlever moins de bosse mais projeter la pointe pour obtenir une meilleure harmonie.
Les rhinoplasties se font-elles  toujours par l’intérieur du nez sans cicatrice visible ?
Non, beaucoup moins actuellement. Une petite incision de la columelle permet une bien meilleure exposition. Ainsi dès qu’un nez est un peu complexe ou que la pointe nécessite un affinement, une projection ou au contraire un recul, une voie externe est utile. La cicatrice columellaire est habituellement très peu visible.
Comment se passe une consultation de rhinoplastie?
Il s’agit d’abord d’une consultation médicale. Les antécédents du patient (autres interventions chirurgicales, pathologies particulières…) sont identifiés. L’examen du nez est ensuite réalisé.  Ses caractéristiques visuelles (projection, largeur, bosse, déviation etc…) sont notés. La palpation permet de juger l’épaisseur de la peau, la longueur des os du nez, la tonicité de la pointe, l’état de la cloison nasale. Le patient est photographié et l’on identifie sur l’image les « défauts » du nez. Enfin on réalise plusieurs « simulations de rhinoplastie » en modifiant l’image de manière informatique. Ces « simulations de rhinoplastie » permettent d’expliquer les différents gestes possibles que ce soit en soustraction ou en addition. Il ne s’agit donc en aucun cas d’un « avant-après » mais d’une tendance. Enfin nous expliquons les gestes chirurgicaux de façon didactique à l’aide d’un schéma.
En quoi « l’épaisseur de la peau » a-t-elle une importance ?
L’épaisseur de la peau du nez est très importante. Une peau très fine suivra bien les modifications effectuées sur les structures cartilagineuses et osseuses sous-jacentes. Par contre la moindre irrégularité sera visible après le dégonflement. A l’inverse, une peau épaisse camoufle les défauts mais le nez est très difficile à affiner.
Cette intervention est-elle douloureuse ?
Malgré les fractures du nez (ostéotomies), cette intervention est relativement indolore en post-opératoire. L’impossibilité de respirer par le nez lorsqu’un méchage a été réalisé est souvent ce qui est le plus désagréable.
Les mèches sont-elles gardées longtemps ?
Tout dépend de l’intervention. De quelques heures lorsque l’intervention n’intéresse pas la cloison à plusieurs jours lorsque la cloison nasale est très déviée et abimée.
Y a-t-il souvent des irrégularités dont vous parliez précédemment ?
Cela n’est pas rare effectivement. Souvent dans les suites de l’intervention l’oedème cache certains défauts. Une fois le nez totalement dégonflé, 9 à 12 mois après la rhinoplastie, des petits défauts peuvent apparaitre. Bon nombre sont liés à des phénomènes de cicatrisation non souhaités (rétractions cicatricielles, fibrose…). Ceci explique que, indépendamment du fait qu’une rhinoplastie est un geste chirurgical difficile, des retouches soient parfois nécessaires, même pour des chirurgiens rhinoplasticiens très entrainés. La plupart du temps ces retouches peuvent être réalisées sous anesthésie locale.
En conclusion ?
La rhinoplastie est une intervention chirurgicale  délicate. Elle doit donc être préparée minutieusement avec la participation du patient. Bien que, comme nous l’avons expliqué, les retouches ne sont pas rares, la rhinoplastie permet de donner la beauté à un visage, beauté vis-à-vis de soi-même ou beauté vis à vis des autres. Mais peu importe au bout du compte puisque l’important est un patient qui, avec un « nouveau nez », vive mieux dans sa tête et dans notre société de l’image. En cela, la rhinoplastie, même esthétique, est thérapeutique.
Qu’est-ce qu’une rhinoplastie ?
Une rhinoplastie est une intervention chirurgicale qui modifie l’aspect du nez. Son but est donc esthétique mais également réparateur et fonctionnel. En effet l’utilité première du nez est la respiration. Respirer par le nez permet une humidification de l’air grâce aux cornets mais aussi la perception des odeurs. Ainsi la rhinoplastie peut-être associée à une septoplastie (plastie de la cloison nasale) si la cloison est responsable de l’obstruction d’une fosse nasale par exemple.
Quelles modifications peut-on réaliser sur le nez ?
Même si certains gestes sont assez stéréotypés il n’y a pas deux rhinoplasties identiques. Nous pouvons travailler en soustraction ou en addition. Par exemple une bosse est réséquée mais parfois  la pointe du nez  manque également de projection et il vaut mieux enlever moins de bosse mais projeter la pointe pour obtenir une meilleure harmonie.
Les rhinoplasties se font-elles  toujours par l’intérieur du nez sans cicatrice visible ?
Non, beaucoup moins actuellement. Une petite incision de la columelle permet une bien meilleure exposition. Ainsi dès qu’un nez est un peu complexe ou que la pointe nécessite un affinement, une projection ou au contraire un recul, une voie externe est utile. La cicatrice columellaire est
habituellement très peu visible.
RHINOPLASTIE AVANT - APRES
Comment se passe une consultation de rhinoplastie?
Il s’agit d’abord d’une consultation médicale. Les antécédents du patient (autres interventions chirurgicales, pathologies particulières…) sont identifiés. L’examen du nez est ensuite réalisé.  Ses caractéristiques visuelles (projection, largeur, bosse, déviation etc…) sont notés. La palpation permet de juger l’épaisseur de la peau, la longueur des os du nez, la tonicité de la pointe, l’état de la cloison nasale. Le patient est photographié et l’on identifie sur l’image les « défauts » du nez. Enfin on réalise plusieurs « simulations de rhinoplastie » en modifiant l’image de manière informatique. Ces « simulations de rhinoplastie » permettent d’expliquer les différents gestes possibles que ce soit en soustraction ou en addition. Il ne s’agit donc en aucun cas d’un « avant-après » mais d’une tendance. Enfin nous expliquons les gestes chirurgicaux de façon didactique à l’aide d’un schéma.
Oct
08

Rhinoplastie et “simulation”

Au cours des consultations pour chirurgie esthétique du nez nous réalisons habituellement ce que, à tort, nous appelons une « simulation ».

Ceci consiste, à partir d’un cliché photographique du patient, à modifier l’image du nez grâce à une tablette graphique. Bien que cette étape soit très importante à nos yeux pour préparer la rhinoplastie, il ne s’agit pas de la préfiguration d’un « après » précis. Les modifications graphiques que nous réalisons nous permettent de comprendre les transformations souhaitées par le patient tout en lui expliquant les limites du geste chirurgical. L’importance de la réduction, la mise en place de greffon(s) cartilagineux, l’affinement et le recul de la pointe du nez, l’intérêt ou non d’une plastie des ailes narinaires sont discutés.

 RHINOPLASTIE PREOP

 RHINOPLASTIE SIMULATION

 RHINOPLASTIE POSTOP 8 MOIS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les 3 photos vous constatez que le cliché post-opératoire est différent de la « simulation ». Pourtant, le critère essentiel de la rhinoplastie pour la patiente était d’être conservateur avec peu de recul du dorsum. En cela ses souhaits ont été respectés. Celle-ci est satisfaite du résultat à 8 mois (un affinement de la pointe du nez se poursuivra sur 6 mois).

RudojkiRupornhubRupornolab