Déc
04

Prothèses mammaires et lymphomes anaplasiques à grandes cellules (LAGC)

Depuis une dizaine d’années est décrit un cancer spécifiquement lié aux implants mammaires, le lymphome anaplasique à grandes cellule (LAGC). Ce cancer se localise habituellement à la capsule ou au liquide péri-prothétique mais peut rarement métastaser à l’ensemble de l’organisme. Ce type de cancer a aussi été décrit sur implant tibial, implant dentaire, bandelette gastrique et implant de fesse.

Les signes cliniques les plus habituels de ces LAGC mammaires sont des épanchements péri-prothétiques avec augmentation de volume du sein (sérome). Il peut également s’agir de douleurs, de rougeurs du sein, de la perception d’une masse ou d’adénopathies axillaires.

Le traitement consiste en l’ablation de la prothèse ET de l’entièreté de la capsule péri-prothétique. Un traitement complémentaire associant radiothérapie et chimiothérapie est parfois nécessaire.

Comme bon nombre de cancer il apparait que le facteur déclenchant est une inflammation chronique et c’est la raison pour laquelle certaines texturations agressives type Biocell° du laboratoire Allergan° sont surreprésentées. Cette texturation a pour effet de fixer l’implant (« effet velcro ») ce qui est intéressant lors de la mise en place de prothèses anatomiques. D’autres facteurs pro-inflammatoires tels les biofilms sont très probables. Ces biofilms, gel bactérien entourant l’implant, correspondent à une infection infra-clinique de la loge prothétique. Cette infection à « bas-bruit » est source d’inflammation chronique. Il s’agit aussi de l’un des facteurs majeurs des complications  à type de coque ou sein dur. Bien entendu on ne peut éliminer d’autres facteurs tels qu’une prédisposition génétique ou un mode de vie délétère pro-inflammatoire. Il s’agit donc d’une pathologie liée à la prothèse mais multifactorielle.

En France, à ce jour, 54 cas ont été relevés depuis 2009 avec trois décès imputables au lymphome. Dans le monde 626 cas dont 17 décès sont rapportés.

Compte tenu du nombre de femmes porteuses de prothèses mammaires les risques de développer un LAGC ont été estimés à 1/2200 à 1/4500 pour les implants macrotexturés et 1/50000 à 1/80000 pour les implants microtexturés. Ceci est a rapporter, en France, aux 54 000 cas annuels de cancers classiques du sein (dont 12 000 décès). En effet, statistiquement une femme sur huit fait ou fera un cancer du sein…

Compte tenu ces chiffres les sociétés savantes et gouvernementales déconseillent l’explantation systématique des implants mammaires macrotextués en particulier, et proposent un suivi annuel des patientes par leur chirurgien, gynécologue ou médecin traitant. En ce qui nous concerne nous prescrivons déjà depuis quelques années une échographie de contrôle des prothèses tous les 3 à 4 ans. Toute anomalie qu’il s’agisse de modifications de taille, d’aspect ou de consistance d’un sein implanté doit bien entendu amener à consulter.

L’augmentation mammaire, qu’elle soit reconstructrice ou esthétique participe grandement au bien-être et au mieux-être de nos patientes. Le bénéfice risque nous parait donc hautement positif. Quoiqu’il en soit nous pensons que l’implant mammaire lisse doit maintenant devenir la règle et qu’un suivi au long cours est indispensable.

Jan
06

Prothèses mammaires PIP

Pour rassurer nos patientes nous souhaitons tout d’abord préciser que nous n’avons jamais utilisé cette marque de prothèses mammaires.
La malfaçon  des implants PIP concerne d’une part le gel de silicone qui semble ne pas être à usage médical, et d’autre part l’enveloppe  des implants, non conforme elle aussi, occasionnant un taux de rupture particulièrement élevé à court et moyen terme.
Vu le développement médiatique exceptionnel pris par le scandale sanitaire des implants PIP (Poly Implants Prothèses) il nous apparait utile d’apporter quelques précisions.
Les implants mammaires, à priori, n’augmentent pas les risques de cancer du sein. Seul le lymphome anaplasique à grandes cellules semble peut-être lié, parfois, aux prothèses mammaires. 75 cas mondiaux sont répertoriés sur plus de 10 millions de patientes implantées. 5 décès sont rapportés. Un seul cas est noté en France. La patiente avait un implant PIP et est décédée en novembre 2011. Le cancer du sein classique (carcinome) intéresse ou intéressera en France une femme sur dix (1/8 en Rhône-Alpes) et il n’est donc pas anormal que ce cancer existe aussi chez des femmes implantées. On pourrait aussi bien penser que les causes de cancer en général étant en grande partie liées au mode de vie (alimentation, activité physique), les femmes porteuses de prothèses, plus minces, probablement plus attentives à leur silhouette et mieux suivies médicalement  soient davantage protégées ! 15 cas de carcinomes mammaires sont actuellement rapportés sur les 30 000 femmes porteuses d’implants PIP en France.

Prothese PIP rompue

Un implant mammaire s’use et il est normal qu’au terme d’une douzaine d’années le changement soit envisagé. En cas de rupture, il arrive que le gel (d’autant plus qu’il est liquide et « non médical ») entraine des réactions inflammatoires locorégionales (siliconomes glandulaires ou ganglionnaires) qui  sont certainement nocives à terme et compliquent singulièrement la reprise chirurgicale.
En somme un implant mammaire doit être surveillé régulièrement (un assouplissement ou un durcissement inhabituel du sein doit alerter la patiente),  changé au plus tard à 15 ans (même si certaines prothèses restent en très bon état) et être remplacé en cas de rupture.
Concernant les femmes porteuses de prothèse PIP la recommandation de changement  des implants rompus ou non, parait logique. Pour les patientes esthétiques (quand il ne s’agit pas d’une reconstruction mammaire suite à un cancer, une malformation ou une hypoplasie mammaire majeure) la dépose de l’implant est prise en charge par l’Assurance Maladie. La remise en place d’une nouvelle prothèse reste, par contre, à la charge du patient.

Read the rest of this entry »

Oct
12

Augmentation mammaire: galerie

Voici une galerie de résultats d’augmentations mammaires par prothèses anatomiques. En comparant avec d’autres résultats sur le net on ne peut que constater l’aspect naturel donné par ces implants.

AUGMENTATION MAMMAIRE LYON IMPLANTS ANATOMIQUES

AUGMENTATION MAMMAIRE LYON IMPLANTS ANATOMIQUES

AUGMENTATION MAMMAIRE LYON IMPLANTS ANATOMIQUES

Read the rest of this entry »