Sep
29

Prothèses mammaires : en avant ou en arrière du muscle ?

Les implants mammaires peuvent être positionnés en pré ou rétro-pectoral. Le muscle grand pectoral (Pectoralis major) est un grand muscle triangulaire qui s’insère d’une part sur l’épaule et d’autre part sur la clavicule, le bord du sternum et les 6 premiers cartilages costaux. Il est bien visible chez l’homme musclé.
La prothèse mammaire n’est que rarement totalement rétro-pectorale car une désinsertion (ou section) des attaches inférieures et internes du muscle est habituellement nécessaire au bon positionnement de l’implant. Le recouvrement musculaire peut d’ailleurs n’être volontairement que partiel selon l’effet recherché (« dual plan »). Le principal avantage de la loge rétro-pectorale est d’interposer un paletot musculaire entre la prothèse et la glande mammaire, limitant ainsi la perception de l’implant. Par ailleurs, le recouvrement musculaire du pôle supérieur de la prothèse limite l’aspect pigeonnant de l’implant rond. Enfin, certains prêtent un effet « soutien gorge » interne au muscle. Les inconvénients sont essentiellement les douleurs postopératoires plus importantes et un écrasement, voir une luxation en dehors des prothèses lors de la contraction du pectoral.

prothèses mammaires en avant et en arrière du muscle grang pectora

La prothèse pré-pectorale est pré ou retro-aponévrotique c’est-à-dire qu’elle peut être positionnée en avant ou en arrière de l’aponévrose musculaire. L’anesthésie locale est possible et les douleurs postopératoires nettement moins marquées. L’implant est cependant davantage perceptible.
En somme la mise en place des prothèses mammaires en arrière du muscle est le plus habituel d’autant que la patiente est mince et les seins petits. L’implant peut-être positionné en avant du muscle lorsqu’il est de taille modérée, lorsque la poitrine n’est pas hypoplasique ou lorsque la patiente est très musclée. Enfin, les techniques « dual plan » permettent d’être plus ou moins à la fois rétro et pré-musculaire selon l’effet recherché (correction d’une petite ptose ou sillon marqué par exemple).
Une fois de plus l’implantation susceptible de donner le meilleur résultat esthétique nécessite la maîtrise des différentes techniques (loge pré ou rétro-pectorale, dual plan).

Nov
19

Tourisme esthétique

Depuis 3 à 5 ans de plus en plus de personnes choisissent de se faire soigner à l’étranger. Ceci est vrai pour la chirurgie esthétique (Tunisie, Maroc, Brésil…) mais aussi pour les soins dentaires (Pologne…) ou des interventions lourdes (chirurgie cardiaque ou greffes  en Inde). La mondialisation est passée par là et la grande disparité  des niveaux de vie explique que, pour la chirurgie esthétique en tous cas, certains de nos concitoyens, comme nos grands patrons d’entreprise avec la main d’œuvre, vont là où c’est le moins cher ! Une augmentation mammaire, par exemple est facturée entre 2500 et 2800 euros en Tunisie. Ceci inclus le voyage et quelques jours dans un hôtel étoilé local. Bien que je ne sois pas certain que l’on profite pleinement de la piscine, la différence avec une intervention en France est de l’ordre de 1500 à 2000 euros ce qui, de prime abord, n’est pas négligeable.

 Tourisme esthétique

Les chirurgiens étrangers, habituellement formés en France ou aux USA, sont souvent compétents au même titre qu’un chirurgien plasticien français. Les cliniques et les plateaux techniques sont de plus en plus modernes même si les normes de sécurité sont moins strictes que chez nous. Dans la grande majorité des cas les interventions se passent bien et les suites opératoires sont simples.

Alors pourquoi hésiter ?

Simplement parce que les reprises ou complications (sauf vitales) de la chirurgie esthétique ne sont pas prises en charge par l’Assurance Maladie. Si votre intervention se complique, le traitement nécessaire sera à votre charge et les 1500 à 2000 euros de différence initiaux risquent vite de paraître dérisoire. En France, vous aurez toujours la possibilité de vous retourner contre votre chirurgien et son assurance Responsabilité civile professionnelle vous dédommagera. En Tunisie ou au Maroc, ces procédures, déjà complexes en France, seront très difficiles voir impossibles. En conclusion nous vous conseillons de bien réfléchir avant de franchir le pas (ou plutôt la frontière…). Nous assimilerons cette démarche d’économie financière à la  souscription d’une assurance voiture, habitation, invalidité ou décès. Tant qu’il n’y pas de problème on répugne à payer, jusqu’au jour où…

RudojkiRupornhubRupornolab