Fév
16

Liftings MACS LIFT (Minimal Access Cranial Suspension)

Nous utilisons maintenant depuis 3 ans cette technique de lifting qui permet de traiter l’ovale du visage mais également les pommettes et les tempes dans sa forme étendue.
Cette technique a été développée par deux chirurgiens de Gand en Belgique, Patrick TONNARD et Alexis VERPAELE.

Les principaux intérêts résident dans des cicatrices courtes, une technique de suspensions verticales des tissus profonds et des décollements cutanés limités.

En effet la cicatrice ne remonte pas forcément en arrière de l’oreille vers la région occipitale comme dans les liftings classiques.

Cicatrice et décollement

Le décollement est limité ce qui, dans la technique dédiée à l’ovale du visage, permet des suites opératoires courtes et une reprise rapide d’activité.

Le repositionnement des plans profonds (SMAS) se fait par deux à trois suspensions verticales. Il s’agit de plicatures, ce qui limite les risques de lésions du nerf facial. D’autre part cette technique de suspension par faufilage réalise lors de la mise en tension  un « effet millefeuilles » avec de multiples points contacts de cicatrisation. Ceci assure une excellente tenue du lifting dans le temps. L’axe vertical des tractions évite l’aspect tiré des anciens liftings.

Mac lift avant - après
En ce qui nous concerne il s’agit d’une excellente technique dont les suites sont simples et courtes lorsque le lifting est limité au bas de visage (minilift). Lorsque le MACS Lift est étendu aux pommettes et aux tempes, la longueur des cicatrices reste raisonnable mais les suites opératoires sont plus longues. Les résultats sont toujours très naturels sans aspect tiré ou figé.

Les limites du MACS Lifts restent le traitement des cous très abîmés avec des fanons marqués et une peau fortement relâchée. Ces cas nécessiteront l’extension des cicatrices en régions occipitales.

Mar
12

Le MACS LIFT

(Minimal Access Cranial Suspension)
Il s’agit d’une technique de lifting du visage développée par deux chirurgiens de Gand en Belgique, Patrick TONNARD et Alexis VERPAELE.

Les principaux intérêts résident dans la longueur des cicatrices, la technique de suspension verticale des tissus profonds et les décollements cutanés limités. La cicatrice est relativement courte puisqu’elle ne remonte pas derrière l’oreille pour redescendre à la limite des cheveux du cou comme dans les incisions classiques.


Le décollement, pour le bas de visage, est limité à 5 cm autour de l’oreille. Les suites opératoires en sont d’autant plus simples.
Le repositionnement des plans profonds (SMAS) se fait par deux à trois suspensions verticales. La technique originale de suspension dépourvue de risques pour le nerf facial (ce qui n’est pas le cas de toutes les techniques), consiste en un faufilage qui lors de la traction crée une structure en millefeuilles.

Ces multiples zones de contact et de cicatrisation assurent une excellente tenue du lifting dans le temps.

En ce qui nous concerne il s’agit d’une excellente technique dont les suites sont simples et courtes lorsque le lifting est limité au bas de visage (minilift). Lorsque le MACS Lift est étendu aux pommettes et aux tempes, la longueur des cicatrices reste raisonnable mais les suites opératoires sont plus longues. Les résultats sont très naturels sans l’aspect tiré ou figé que l’on peut observer parfois avec des techniques plus anciennes.

MACS lifting étendu - avant

MACS lifting étendu - après

Les limites du MACS Lifts sont, à notre sens, le traitement des cous très abîmés avec des fanons marqués et une peau fortement relâchée. Ces cas profiteront avantageusement de techniques à cicatrices étendues.

RudojkiRupornhubRupornolab