Sep
29

Cheveux et alopécies

 

Seul organe à pouvoir mourir et ressusciter de lui-même après sa mort, le follicule pileux représente une entité unique dans le corps humain. Chaque individu possède entre  80 000 et  150 000 cheveux. 30 à 150 cheveux tombent chaque jour.

Le cycle du cheveu s’étend sur 3 à 6 ans et se décompose en 3 périodes.

  • La phase anagène est une phase de croissance continue du cheveu et dure entre 3 et 5 ans. Elle intéresse 85 à 90% de l’ensemble des cheveux qui poussent de 0,5 à 2cm par mois.
  • La phase catagène qui dure 2 à 3 semaines correspond à la période « d’agonie » du cheveu.
  • Enfin, durant la phase télogène qui dure 2 à 3 mois, le cheveu meurt mais un nouveau follicule se prépare. La chute du cheveu mort arrive lorsque le nouveau cheveu pousse le précédent (comme une dent définitive pousse une dent de lait). Une nouvelle phase anagène commence alors. Ce renouvellement se fait à partir d’une « réserve » de cellules souches à l’origine des cellules progénitrices de la matrice.

chauve2

Les pertes de cheveux chez l’homme ou la femme (plus tardivement au-delà de 60 ans en général) sont le plus souvent « androgénétiques » et sont liées à un dysfonctionnement hormonal au niveau de certains follicules pileux associé à un stress oxydatif. De fait,  le cycle du cheveu raccourcit et la fabrique capillaire s’emballe. Cela a deux conséquences : les cheveux tombent de plus en plus prématurément et leurs repousses sont de plus en plus fines et éphémères. À terme les follicules se miniaturisent et finissent par ne produire qu’un fin duvet, puis plus rien du tout. En fin de processus, les follicules inactifs s’enfoncent dans le derme et la peau devient lisse.

N’hésitez pas  à consulter le Docteur Damien Van der Stegen, chirurgien esthétique sur Lyon et Saint-Etienne, pour de plus amples informations.

Jan
17

Microgreffes de cheveux

Microgreffes de cheveux
La calvitie masculine est fréquente et intéresse 2 hommes sur trois au-delà de 35 ans. Il peut s’agir d’alopécies discrètes (golfes temporaux) ou marquées (tonsure voir alopécie hippocratique) pour lesquelles le retentissement psychologique est significatifs de par l’aspect vieillissant qu’elles entraînent. De plus, la chevelure est depuis toujours un symbole de force et de séduction et l’histoire de Samson et de la perfide Dalila en atteste.
Les alopécies masculines sont dans la grande majorité des cas dites androgénétiques. Il s’agit d’une « hypersensibilité » des follicules pileux aux androgènes sur certaines zones programmées génétiquement du cuir chevelu. La perte de cheveux est irrémédiable mais, fort heureusement, cette calvitie n’intéresse jamais les zones occipitales et temporales basses (couronne).
Les techniques de microgreffes existent maintenant depuis plusieurs années et l’évolution se fait vers la miniaturisation des greffons permettant ainsi des résultats très naturels. Les greffons n’excèdent plus 2 à 3 cheveux et l’époque de punch avec ses résultats en champ de poireaux est révolue.
Deux techniques sont réalisées actuellement. Les microgreffes sur bandelette sont pratiquées à partir de la découpe d’une bandelette de cuir chevelu prélevée en zone chevelue (couronne). Ce prélèvement est bien entendu suturé avec une cicatrice habituellement fine et dicrète résiduelle. Les greffons réimplantés en zone alopécique comportent 1 à 3 cheveux et une séance de 3 à 4 heures permet la greffe de 3500 à 4000 cheveux. La technique FUE (Follicular Unit Extraction) consiste à prélever des greffons de 1 à 3 cheveux en zone chevelue sans résection de bandelette. Chaque greffon est prélevé indépendamment (rasage de toute la zone de prélèvement nécessaire). Il n’y a donc pas de cicatrice résiduelle mais l’intervention est plus longue (2000 à 2500 cheveux en 5 à 6 heures).
Ces interventions sont réalisées sous anesthésie locale. Les suites sont très simples hormis l’apparition rare d’un œdème du front. La zone prélevée peut subir un shampoing dès le lendemain alors que la zone greffée doit attendre trois jours.  La reprise de l’activité est habituelle dès le lendemain et après une chute normale des cheveux greffés (stress opératoire) on note une repousse à partir de la fin du deuxième mois. La densification des zones implantées nécessitera environ 8 à 10 mois.
Les microgreffes de cheveux apparaissent donc actuellement comme la meilleure solution de traitement de la calvitie. Dans les grandes alopécies deux voir trois séances (rarement) peuvent s’avérer nécessaires mais le résultat est définitif et, comme expliqué en introduction, nos patients retrouvent force et séduction.
La calvitie masculine est fréquente et intéresse plus ou moins 2 hommes sur trois au-delà de 35 ans. Il peut s’agir d’alopécies discrètes (golfes temporaux) ou marquées (tonsure voir alopécie hippocratique) pour lesquelles le retentissement psychologique est significatif de par l’aspect vieillissant qu’elles entraînent. De plus, la chevelure est depuis toujours un symbole de force et de séduction et l’histoire de Samson et de la perfide Dalila en atteste.
Les alopécies masculines sont dans la grande majorité des cas dites androgénétiques. Il s’agit d’une « hypersensibilité » des follicules pileux aux androgènes sur certaines zones programmées génétiquement du cuir chevelu. La perte de cheveux est irrémédiable mais, fort heureusement, cette calvitie n’intéresse jamais les zones occipitales et temporales basses (couronne).
Les techniques de microgreffes existent maintenant depuis plusieurs années et l’évolution se fait vers la miniaturisation des greffons permettant ainsi des résultats très naturels. Les greffons n’excèdent plus 2 à 3 cheveux et l’époque des punchs avec ses résultats en champ de poireaux est révolue.
Deux techniques sont réalisées actuellement.
Les microgreffes sur bandelette sont pratiquées à partir de la découpe d’une bandelette de cuir chevelu prélevée en zone chevelue (couronne). Ce prélèvement est bien entendu suturé avec une cicatrice résiduelle habituellement fine et discrète. Les greffons réimplantés en zone alopécique comportent 1 à 3 cheveux et une séance de 3 à 4 heures permet la greffe de 3500 à 4000 cheveux.
La technique FUE (Follicular Unit Extraction) consiste à prélever des greffons de 1 à 3 cheveux en zone chevelue sans résection de bandelette. Chaque greffon est prélevé indépendamment (rasage de toute la zone de prélèvement nécessaire). Il n’y a donc pas de cicatrice résiduelle mais l’intervention est plus longue (2000 à 2500 cheveux en 5 à 6 heures).
greffe cheveux avant apres
Ces interventions sont réalisées sous anesthésie locale. Les suites sont très simples hormis l’apparition rare d’un œdème du front. La zone prélevée peut supporter un shampoing dès le lendemain alors que la zone greffée doit attendre trois jours.  La reprise de l’activité est habituelle dès le lendemain et après une chute normale des cheveux greffés (stress opératoire) on note une repousse à partir de la fin du deuxième mois. La densification des zones implantées nécessitera environ 8 à 10 mois.
Les microgreffes de cheveux apparaissent donc actuellement comme la meilleure solution de traitement de la calvitie. Dans les grandes alopécies deux voire trois séances (rarement) peuvent s’avérer nécessaires mais le résultat est définitif et comme expliqué en introduction, nos patients retrouvent force et séduction.
RudojkiRupornhubRupornolab