Oct
07

VITAMINE D, AUTOMNE ET HIVER

Une étude conduite à l’Université de Copenhague (Danemark) montre que le manque de vitamine D dans le sang conduit à un risque de mortalité accru.

D’autres études récentes ont trouvé que de faibles niveaux de vitamine D sont associés à un risque augmenté de mortalité et de certaines maladies, sans qu’on puisse prouver que c’est bien la vitamine D qui explique cette surmortalité. En effet, la carence en vitamine D peut être le marqueur d’un mode de vie déséquilibré et d’une mauvaise santé en général ce qui fait que l’on n’est pas sûr que la vitamine D explique réellement les résultats observés.

Cela a conduit à mettre sur pied une étude qui est fondée sur un examen génétique des participants – les gènes n’ont rien à voir avec le mode de vie. L’étude a inclus 95766 Danois suivis pendant des périodes allant de 5,8 années à 19,1 années. Dans cette étude, les chercheurs ont identifié les individus ayant des variants génétiques qui affectent le taux de vitamine D (DHCR7 et CYP2R1) et qui ont donc des taux de vitamine D bas.

A la fin de la période de suivi, en 2013, 10349 personnes étaient décédées.On constate qu’une baisse d’origine génétique de 20 nmol/L de la vitamine D plasmatique se traduit par une augmentation de 30% de la mortalité toutes causes, et de plus de 40% de la mortalité par cancers.

direct sun light

Cela suggère pour la première fois qu’il y a bien un lien de cause à effet entre des taux bas de vitamine D et la mortalité.

La vitamine D est synthétisée par exposition au rayonnement UVB du soleil, mais cette synthèse n’est efficace qu’entre avril et octobre dans l’hémisphère nord. L’alimentation ne suffit pas à compenser les déficits en hiver.

Bien que cette étude ne montre pas directement qu’une supplémentation en vitamine D réduit le risque de maladie,  on peut supposer qu’une prise de vitamine D de  novembre à avril voir plus pour les gens s’exposant peu au soleil est bénéfique. Une supplémentation journalière semble plus indiquée qu’une prise massive saisonnière (UVEDOSE° 100 000UI). Les doses recommandées se situent entre 800 et 5000 unités/jour pour un adulte sachant que les surdosages en vitamine D sont exceptionnels et liés à des prises supérieures à 10 000 unités/jour durant plusieurs semaines.

Nous conseillons, pour un adulte, ZYMA D° 10 000 unités/ml gouttes (330 U/goutte) à raison de 8 à 15 gouttes/jour. Ce produit est peu cher et vendu sans ordonnance.

Juil
27

Bonnes vacances

Le cabinet sera fermé du 6 au 28 août.

 

Malgré un mois de juillet pluvieux et peu ensoleillé toute l’équipe du cabinet vous souhaite de bonnes vacances ou une bonne reprise pour les juilletistes.

Soleil

Nous vous rappelons que le soleil peut-être  ami ou ennemi. Tout est question de juste mesure comme d’habitude.

La mode du « toasting » vieillit prématurément et surtout induit des cancers cutanés.

 L’excès inverse qui consiste à éviter complètement le soleil n’est pas mieux puisque la vitamine D est synthétisée sous l’effet des UVB. Nous avons déjà présenté plusieurs fois  cette  « hormone de  jouvence » qui semble intervenir dans de multiples mécanismes. 

 Depuis le début de l’année  plusieurs publications scientifiques contribuent encore à l’importance de la vitamine D qu’ils s’agissent d’améliorer l’effet des médicaments anti-ostéoporose, de lutter contre les infections pulmonaires, d’accélérer la rééducation des bronchitiques chroniques ou de prévenir les risques de maladies graves tels les cancers, les pathologies auto-immunes ou vasculaires et la maladie de Parkinson.

Une exposition solaire raisonnable du torse et des membres est donc indispensable à une bonne santé!

Jan
21

Vitamine D

La vitamine D (qui s’apparente davantage à une hormone) correspond en fait à un groupe de stérols dont les plus connus sont le c(h)olecalciférol ou vitamine D3 et le (ergo)calciférol ou vitamine D2.

 RACHITISME

Cette vitamine favorise l’absorption et la fixation osseuse et dentaire du calcium et du phosphore. Elle prévient donc le rachitisme chez l’enfant, l’ostéomalacie et l’ostéoporose chez l’adulte. Elle intervient dans la coagulation sanguine (agrégation plaquettaire). Plusieurs études ont montrées par ailleurs son efficacité dans la prévention des infections hivernales (grippes et rhumes). En effet une expérimentation en double aveugle a prouvé qu’une complémentation modérée à 800 UI/jour diminuait significativement l’incidence de la grippe et qu’à 2000 UI/jour la grippe ou le rhume étaient pratiquement éradiqués !  D’autres études démontrent son efficacité dans la prévention des cancers (sein, prostate et colon en particulier), des pathologies cardiovasculaires et des maladies auto-immunes.

 Les apports exogènes de vitamine D, dans une alimentation classique, ne correspondent qu’à 10 à 20% de nos besoins. La principale source est donc endogène, par synthèse de dérivés du cholestérol (le fameux cholestérol que l’on veut absolument faire baisser !) sous l’action des ultra-violets du soleil. Cette synthèse au niveau de la peau n’est possible que lorsque la longueur d’onde des UV est inférieure à 313 nanomètres, ce qui n’est pas le cas en Europe et Amérique du nord entre novembre et mars.

 Vitamine D et soleil

En France les AJR (Apports Journaliers Recommandés) sont de 200 à 600 UI/jour ce qui, selon la plupart des experts, est ridiculement bas. En pratique, les recommandations des spécialistes de cette vitamine sont pour l’adulte, 1000 UI/15kg de poids et par jour soit 5000 UI/jour pour un adulte de 75 kg. Chez l’enfant, ils recommandent 1000 à 2000 UI/jour. S’agissant d’une vitamine liposoluble, nous en faisons des réserves en été (à condition de s’exposer au soleil un minimum) pour les courtes et peu ensoleillées journées d’hiver. Ceci, malheureusement ne suffit pas, et une complémentation entre novembre et mars à raison d’une ampoule d’Uvedose° tous les mois pour l’adulte et tous les 2 mois pour l’enfant apparaît utile.

Août
04

Bonnes vacances

Le cabinet médical sera fermé jusqu’au 1er septembre.

Nous vous rappelons que la période estivale est excellente pour perdre les mauvaises habitudes et investir dans une meilleure hygiène de vie.

 VACANCES

Pensez à vous protéger du soleil excessif mais faites aussi vos réserves en vitamine D! Profitez de votre temps libre pour reprendre une activité physique régulière (natation, marche, jogging…). Rééquilibrez votre alimentation sans régime en limitant les apports en sucre et laitages. Augmentez votre consommation en fruits, légumes et oméga-3!

Nous vous souhaitons donc des vacances reposantes et constructives.

Juil
02

Soleil : d’un excès à l’autre ?

Partant du principe que le soleil provoque des cancers de la peau, l’Institut National du Cancer recommande la non exposition entre 12 et 16H et l’application de crèmes solaires sur les parties exposées du corps.

 soleil et vitamine D

Si la mode du « toasting » des années 70 et les expositions prolongées chez l’enfant en particulier, sont effectivement très critiquables, il n’en reste pas moins que le soleil (UVB) est un précieux allié de notre organisme puisque indispensable à la synthèse de vitamine D.

En effet cette vitamine prévient différents types de cancer, certaines pathologies cardio-vasculaires et l’ostéoporose. Il ne fait donc aucun doute qu’une exposition solaire chronique et modérée constitue une protection puissante contre le cancer et bon nombre de pathologies dégénératives.

En été,  du soleil chaque jour, une quinzaine de minutes dans la journée, sans écran solaire et le visage protégé par un chapeau apparaît recommandé !

RudojkiRupornhubRupornolab